élise's cloud
elise.cloud-monstre-0025-6.jpg

Ouverture du Potsdamer Tanztage - Photographie

 

Monstres,

On ne danse pas pour rien

Photographie de l'ouverture d'un festival de danse à Potsdam, Allemagne

Chorégraphie: DeLaVallet Bidiefono

Danser au Congo, c’est se battre deux fois.
— DeLaVallet Bidiefono
 
 

Entre tradition et modernité, la République du Congo connaît depuis peu une renaissance artistique après trente ans de conflits armés. Chorégraphe engagé dans cet élan, DeLaVallet Bidiefono, invité d'honneur du festival européen de danse Potsdamer Tanztage 2018, vient avec Monstres / On ne danse pas pour rien afin d’évoquer ce rêve de reconstruction devenu réalité. Construction artistique individuelle mais aussi construction de ce lieu de vie, d’échanges, d’explorations. Sur une scène rappelant un chantier, dix danseurs interprètent une chorégraphie puissante, accompagnés en live par quatre musiciens multi-instrumentistes : guitare, basse, percussions et chants. Puisant dans l’énergie de cette aventure DeLaVallet imagine cette danse de groupe, rempart contre le renoncement et porteuse d’espoir.